Retour à la liste des actus

Marine Wable, formatrice en Coiffure en devenir

7 décembre 2018

Rencontre avec Marine, ancienne apprentie en BTS Coiffure qui n’avait qu’une envie, devenir formatrice en coiffure.

Bonjour Marine, d’où t’est venue cette envie de faire ce métier ?

Bonjour ! Si j’ai choisi la coiffure, c’est par passion. C’est d’ailleurs ma mère, elle-même coiffeuse, qui m’a transmis le goût de ce métier si enrichissant.

Qu’aimes-tu dans ton métier ?

J’adore pouvoir échanger avec la clientèle et avec mes collègues. Dans ce métier, il y a sans cesse de la nouveauté due aux nouvelles tendances. C’est agréable !

Quelles études as-tu faites ?

J’ai fait des études professionnelles à l’UFA du lycée Savary Ferry d’Arras. J’avais d’abord commencé par un Bac Pro commerce mais je me suis finalement réorientée vers un CAP coiffure que j’ai fait en 2 ans. J’ai enchainé avec un Brevet Professionnel en 2 ans également puis un BTS Coiffure. Je savais déjà que j’avais envie de devenir formatrice et je voulais valider un Bac+2 pour pouvoir me reconvertir plus facilement. Mes formateurs m’y ont d’ailleurs poussée. Au final, j’aurais fait 6 ans d’études dans le domaine de la coiffure !

Pourquoi avoir choisi la voie de l’apprentissage ?

J’ai choisi l’apprentissage parce que c’est le meilleur moyen d’apprendre auprès de professionnels tout en ayant un salaire. L’apprentissage m’a apporté un véritable avenir professionnel, une expérience et de la maturité, notamment grâce à une clientèle plus âgée. Je dois aussi dire que la considération qui est portée à chaque apprenti(e) est très professionnalisante.

T’a-t’il été difficile de trouver une entreprise pour effectuer ton apprentissage ?

Non pas du tout ! Il faut toutefois savoir démontrer sa motivation. J’ai signé mon premier contrat à la sortie de mon BTS, directement en CDI et dans le salon de coiffure que je souhaitais !

Qu’est-ce qui a été le plus difficile pour toi pendant ces années d’études ?

Concilier l’école, le travail au salon, sa vie sociale et ses révisions n’est pas évident. Il faut dire qu’avec 16h par semaine environ pour l’école et entre 35 et 45h de travail au salon, il faut arriver à jongler entre toutes ses tâches et ses loisirs. C’est un rythme à prendre.

Pourquoi vouloir devenir formatrice ?

Pour commencer, je n’avais pas envie d’ouvrir mon propre salon dans l’immédiat, mais surtout, je voulais transmettre mon expérience aux autres. Déjà pendant mes études l’ensemble de mes professeurs m’orientaient en ce sens. Il faut dire que j’aimais aider mes camarades qui étaient en difficulté. Devenir formatrice me permettra également de concilier ma passion de la coiffure avec mon mode de vie.