Retour à la liste des actus

Interview de Morgan Velu ancien apprenti du CFA académique

25 janvier 2019

Bonjour Morgan, pouvez-vous me parler de votre parcours ?

J’ai toujours été intéressé par les sciences et leur mise en pratique. J’avais envie de devenir pharmacien alors après mon bac scientifique que j’ai eu en 2005, j’ai commencé une année de PACES qui s’est en fait avéré compliquée.

En 2007 j’ai découvert la formation en apprentissage pour devenir préparateur en pharmacie au CFA pharmacie de Douai. Je suis sorti du brevet professionnel Préparateur en pharmacie en juin 2009 et j’ai vite trouvé un contrat d’apprentissage avec une pharmacie à usage intérieur pour devenir préparateur en pharmacie hospitalière (PPH) que j’ai achevé en 2010. J’ai exercé ce métier jusqu’en février 2015 puis j’ai pris le poste de faisant fonction de cadre de santé en pharmacie à usage intérieur et en stérilisation au sein d’un établissement public de santé. Aujourd’hui, je suis en formation pour devenir cadre de santé.

Pouvez-vous me décrire votre métier en quelques mots ?

Il est nécessaire d’avoir de la rigueur et l’esprit d’équipe. Il faut savoir être dynamique et polyvalent. Et bien sûr, il est indispensable d’être curieux et de s’informer sur les nouvelles avancées de la science (comme les évolutions des nouvelles molécules…).

Pourquoi avoir choisi de faire un brevet professionnel ?

J’ai choisi le brevet professionnel car le cursus permettait d’exercer la formation que je souhaitais.

Aujourd’hui prendriez-vous un apprenti dans votre institution ?

A l’heure actuelle je manage 11 préparateurs en pharmacie, certains étant déjà PPH, d’autres n’étant pas encore diplômés. Chaque année, avec l’accord de la direction des ressources humaines et de la direction des soins de l’établissement, un agent part en formation hospitalière depuis 2009. Il existe trois façons d’y accéder : en formation continue ou initiale, en apprentissage, et par le biais de la validation des acquis de l’expérience, selon l’âge du candidat.

Cette année, un apprenti a pu accéder à la formation au centre de formation du CHU de Lille car il avait moins de 30 ans.

Quelles sont vos envies pour plus tard ?

Aujourd’hui, j’ai besoin de finaliser ma formation pour pouvoir obtenir mon diplôme de cadre de santé et mon master Management sectoriel – parcours cadre du secteur sanitaire et médico-social

Ensuite dans un futur plus ou moins proche, j’envisage d’accéder au poste de directeur d’EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes).

Recommanderiez-vous la formation en apprentissage ?

C’est une formation en alternance très enrichissante. J’ai particulièrement apprécié le cours de pharmacologie pour son apport concret, mais aussi la législation, la gestion financière et la galénique (préparateur en pharmacie hospitalière) même s’il y a de moins en moins de préparation dans un centre hospitalier.

J’ai aussi constaté que l’équipe pédagogique est très dynamique au sein du CFA de Douai. Je vais d’ailleurs y retourner prochainement pour enseigner à mon tour et donner des cours aux apprentis préparateurs qui y seront.

J’ai envie de leur présenter au mieux le métier de préparateur en pharmacie hospitalière, les évolutions professionnelles possibles et le fonctionnement d’une pharmacie à usage intérieur.

Avez-vous toujours trouvé du travail facilement ? Quelles ont été vos difficultés ?

La difficulté est de trouver une officine pour obtenir la signature d’un contrat d’apprentissage. J’ai dû faire une cinquantaine de pharmacies pour trouver un terrain d’alternance.

Personnellement j’ai choisi l’hôpital car je souhaitais évoluer professionnellement. Il faut savoir que dans le milieu officinal c’est difficile de trouver une pharmacie qui veut vous prendre en alternance. A l’inverse, le préparateur en pharmacie hospitalière peut exercer dans différents services en fonction des souhaits de la direction de l’établissement public de santé : stérilisation, équipe opérationnelle d’hygiène. Ça permet d’exercer sa profession de différentes manières !